Masnuy St Jean (B) et Saint Louis (Sénégal)

Ce sont 2 nouvelles écoles qui vont se lancer ensemble dans l’aventure Le Son d’Enfants:

L’école communale de Masnuy St Jean en Belgique: les 20 élèves de 4e primaire de madame Laurence.

L’école Fandièry Koné de Saint-Louis au Sénégal. 36 élève (15 filles et 21 garçons) de madame Marietou.


Un projet entre 2 classes inclusives

C’est la première fois que le projet Le Son d’Enfants se déroule au Sénégal. Si celui-ci peut se réaliser c’est grâce à la collaboration de l’ONG belge Sensoral Handicap Cooperation dont l’objectif est d’aider les personnes atteintes de cécité et de surdité à s’intégrer dans la société en Afrique. Au Sénégal, le projet est facilité par l’INEFJA.

En effet, la particularité de ce trajet Le Son d’Enfants est qu’il se déroulera entre 2 classes inclusives. A Masnuy St Jean et à St Louis, un enfant mal-voyant ou aveugle figure parmi les groupes d’élèves. Une belle occasion pour tous les enfants de s’interroger les uns les autres sur les solutions mises en place dans chaque école pour permettre l’inclusion d’enfants porteurs de handicap.


Jeudi 17 octobre

Lorsque je commence l’animation dans cette classe de 4e primaire, les enfants ne savent RIEN du projet Le Son d’Enfants. Ils écoutent attentivement et découvrent tout ce qu’ils vont faire pendant cette année scolaire:

  • faire valoir leur droit à la parole et à l’expression en préparant et en animant une émission radio,
  • devenir des citoyens à part entière en posant un geste concret sur un thème qu’ils auront choisi,
  • découvrir une autre culture en échangeant toute l’année avec une classe au Sénégal.

Et pour pouvoir réaliser tout cela, il va falloir apprivoiser un nouvel ami: le MICRO-ENREGISTREUR.

C’est grâce à lui que les élèves pourront dialoguer avec la classe du Sénégal. Ils enregistreront leurs questions par exemple, j’enverrai les sons à Saint-Louis pour que les enfants puissent écouter et répondre aux questions et en poser à leur tour.

Pour ce premier contact, nous avons fait un enregistrement « tourné-monté ». J’ai posé les questions dans un ordre réfléchi pour que toutes les réponses enregistrées à la suite l’une de l’autre forme déjà une petite histoire.

Et après un petit travail de montage (on enlève les petits « clics », on supprime quelques silences, on superpose quelques sons, on ajoute une ambiance enregistrée dans la cour de récréation…), et voilà le résultat:



Première étape de ce grand voyage: la discussion philosophique:

Pour apprendre à discuter en groupe dans l’écoute et le respect et pour réfléchir à ce que l’on dit, exposer son opinion, argumenter sa parole… le tout dans un cadre bienveillant.

Le thème du jour: L’identité.

On lance le dé et c’est parti pour une série de questions:

  • Etes-vous d’accord avec l’énoncé suivant: “ce que les autres pensent de moi est très important pour moi”?
    “non, ce qui est important, c’est ce que JE pense de moi”, “ça dépend s’ils disent des choses gentilles ou méchantes”, “ça dépend si cela concerne mon apparence ou mon caractère”…
  • Etes-vous vraiment la personne que vos professeurs pensent que vous êtes?
    « Pas vraiment, je n’ai pas envie de tout montrer en classe” », « c’est plutôt avec mes amis que je suis vraiment moi », « en classe, il y a des règles à respecter », « à la maison, j’ai tendance à oser faire plus de bêtises  »…
  • Si, pour une raison quelconque, vous perdriez l’usage de votre bras, seriez-vous encore vous-même?
    « ma passion, c’est le lancé du poids, je ne pourrais plus le faire, ce serait terrible », “tant que je garde mon cerveau, je reste moi-même”, « j’aurais plus besoin des autres pour m’aider », “je préfère perdre l’usage d’un bras que perdre un être cher”, “les autres se moqueraient de moi”…

 

Toutes ces questions sont un prétexte pour parler de tout ce qui constitue notre personnalité, notre identité. Nos parents, notre pays de naissance, la fratrie, notre âge, notre humeur, la présence ou l’absence de handicap, notre physique, le regard des autres… Quand on comprend que notre identité est composée d’un nombre infini de circonstances particulières, on peut mieux comprendre pourquoi une autre personne a une identité différente, qu’elle pense et agit autrement que nous. Que ce soit nos parents, notre voisin de banc ou un enfant du Sénégal.

Fin de l’animation. Merci les enfants pour votre participation active aux discussions. On se revoit le jeudi 14 novembre 🙂

Fred, animatrice Le Son d’Enfants


Mercredi 13 novembre à Saint Louis au Sénégal

Le projet Le Son d’Enfants n’a pas encore commencé au Sénégal. Il démarrera début décembre quand Geomoun aura rencontré les autorités locales pour inaugurer très officiellement cette belle collaboration.

Mais les enfants de Masnuy St Jean sont tellement impatients de découvrir les visages de leurs camarades sénégalais que la directrice de l’école Fandièry Koné, madame Bernadette NDIAYE, a accepté de réaliser quelques photos et une petite vidéo à l’attention de leur classe jumelle belge. Merci madame.



Jeudi 14 novembre à Masnuy St Jean

Cette animation est l’une des préférées des enfants car ils vont découvrir leur classe jumelle.

Pour l’heure et surtout AVANT de leur présenter le Sénégal et les élèves de l’école de SaintLouis, les élèves de Masnuy St Jean vont devoir remplir un petit questionnaire: « un relevé des représentations ». Comment imaginent-ils le Sénégal et la vie des élèves de Fandièry Koné? Grâce à une série de questions, les enfants vont livrer les préjugés qu’ils peuvent avoir sur ce pays et ses habitants.

Cite 4 mots qui te font penser au Sénégal.
Si tu vivais au Sénégal… A quoi ressemblerait ta famille?
… Mangerais-tu la même chose?
… T’habillerais-tu de la même façon?
… A quels jeux jouerais-tu à la récréation?
Dessine ce que tu verrais de la fenêtre de ta chambre si tu habitais au Sénégal.
Les mots cités à la première question sont tous mis au tableau pour former un nuage de mot autour du Sénégal. Je vous laisse le découvrir:


Entre désert peuplé de cactus, et maison en terre et paille, les représentations d’un paysage sénégalais varient:



Les enfants garderont ce questionnaire dans leur cahier de travail. Ils pourront y retourner plus tard pour voir si leurs impressions du début ont changé suite aux différentes rencontres sonores qu’ils auront l’occasion de vivre avec la classe du Sénégal.

A la découverte du Sénégal

On ferme les rideaux, on éteint la lumière et on allume le projecteur pour découvrir le Sénégal, ses paysages… et surtout les élèves de la classe jumelle :))



L’animation se termine par l’enregistrement d’une présentation de la classe et de la Belgique. Aaaahhh, il ne reste que 10 minutes pour la réalisation de ce son. Top chrono, c’est parti!:



En mission au Sénégal

Lundi 2 décembre

Quelle chance. Grâce au subside octroyé par Wallonie-Bruxelles International, nous avons pu nous rendre au Sénégal pour lancer le projet Le Son d’Enfants dans la classe inclusive de Fandiery Koné à Saint Louis. Après avoir rencontré l’équipe académique, nous avons fait connaissance avec les enfants de la classe jumelle et nous leur avons présenté le projet, les élèves ont fait l’exercice du relevé de leurs représentations de la Belgique et enfin, ils ont découvert les visages et les voix des enfants de Masnuy St Jean:



Mardi 3 décembre

Le 2e jour, nous avons enregistré plein de sons avec eux. Ensuite, nous avons présenté les 4 propositions de thèmes aux enfants. L’enseignant a bien tout reformulé en WOLOF, la langue maternelle locale, pour être bien certain qu’ils avaient compris les 4 sujets. Et puis, ils ont voté…



Et voilà, le thème est désormais connu. Les classes de Masnuy St Jean et de Saint Louis parleront ensemble de La Pauvreté dans leurs émissions radio.


Comme il restait encore un peu de temps, nous avons fait écouter les questions des élèves de Masnuy St Jean et les enfants de Fandiery Koné leur ont répondu. A la fin de la vidéo, ils les remercient pour les cadeaux. Nous avons en effet distribué  les chocolats de Pascale, la tasse et la lettre de Mme Biagi à Marietou, l’institutrice. Et bien entendu, nous avons donné les dessins “belges” aux enfants et la lettre & le dessin de Julia à Mamadou Tall.



Mercredi 4 décembre

Un dernier passage dans la classe de Saint Louis pour enregistrer les dizaines et dizaines de questions que les élèves de Fandiery Koné posent à leur tour aux élèves de Masnuy St Jean. Et Marietou Fall n’est pas en reste avec de nombreuses questions pour son homologue belge, Laurence Biagi:



C’est déjà leur de vous quitter. Cécile, Sylvestre et moi-même avons été très chanceux de rencontrer ces élèves et ce staff très dynamique et curieux. Les contacts se prolongeront à distance grâce à internet. Ca va être un tout beau projet, bienvenue dans Le Son d’Enfants 🙂

Frédérique Daoût, animatrice Le Son d’Enfants.
Accompagnée en mission par Cécile Nuyt (Geomoun), Sylvestre Dossa (Carrefour Jeunesse).


Jeudi 19 décembre à Masnuy St Jean

Les enfants savent que je reviens du Sénégal et que j’ai rencontré les élèves de Fandiery Koné. “Alors, alors… Comment ça s’est passé? Comment sont-ils? Ont-ils aimés nos dessins? Ont-ils répondu à nos questions??”

L’animation commence par une séance cinéma où je montre aux enfants toutes les photos et les vidéos que j’ai ramené du voyage à Saint Louis. Je distribue les dessins que les enfants du Sénégal ont réalisé pour les copains de Belgique!!

Nous écoutons ensuite les questions de Saint Louis et bien entendu, les élèves de Masnuy y répondent avec enthousiasme:



C’est maintenant au tour de Laurence Biagi, l’institutrice de répondre aux nombreuses questions de Marietou Fall, l’enseignante du Sénégal:



Marietou Fall (Sénégal) – Laurence Biagi (Masnuy St Jean), Pascale Trussart (Asbl Eclat):


Pendant les vacances de fin d’année au Sénégal

Bonsoir à tout le monde. Mes meilleurs vœux. Bonne et heureuse année 2020.



 

On était en vacances du 20 décembre au 2 janvier 2020. J’ai rencontré a deux reprises les élèves pendant les vacances ; je leur ai montré les photos et visionné les vidéos envoyées par Masnuy St Jean et nous avons essayé de répondre aux questions, mais aussi de progresser dans l’étude du sujet de la pauvreté.

 

J’ai pris rendez-vous avec l’adjoint au maire de St Louis chargé des affaires sociales pour préparer un interview entre lui et les élèves. Il viendra à l’école mardi prochain. Enfin un vidéo-projecteur a fait défaut lors de la restitution de vos messages, aussi nous avons utiliser un ordinateur.



Moussa Diarra, animateur Le Son d’Enfants au Sénégal


Jeudi 16 janvier à Masnuy St Jean

Aujourd’hui, les enfants vont apprendre à manipuler le micro-enregistreur tout seuls comme des grands. Sortez vos cahiers et dessinez l’appareil avec ses principales commandes. Pour allumer la machine, on appuie loooongtemps sur le petit carré blanc, pour régler les sons, on appuie une première fois sur le bouton rouge, pour enregsitrer, on appuie une 2e fois sur le bouton rouge. Et surtout, on oublie pas de mettre le petit bonnet en mousse sur les micros!

Une fois à la page techniquement, les enfants apprennent à composer une équipe de reportage avec:

  • un.e technicien.ne
  • un.e journaliste
  • un.e scripte

Et c’est parti pour les exercices pratiques. Voici les premiers essais d’interview des enfants 100% sans trucage, ni montage:

Interview de Lise, candidate à The Voice Kids (enfin… pas vraiment, c’est juste pour l’interview 😉

Interview de Victoria, participante au projet Le Son d’Enfants:


Autre exercice pratique: le micro-trottoir. La manipulation du micro-enregistreur est plus difficile car il faut jongler avec “pause” et “rec” sans couper le début de phrases. Notre technicien a fait ça comme un chef!

 


Nous écoutons ensuite le son reçu du Sénégal où les élèves de Fandiery Koné demandent à ceux de Masnuy de quoi ils compte parler dans leur émission. Aussitôt demandé, aussitôt répondu:

Frédérique Daoût, animatrice Le Son d’Enfants en Belgique


17 janvier à Saint Louis, Sénégal

Les élèves de Fandiéry Koné ont eux aussi appris à manipuler et utiliser le micro-enregistreur ce vendredi 17 janvier après-midi. Ils ont simulé son utilisation en se présentant et posant une question à madame Ndiaye, la directrice de l’école.

 

 

Par ailleurs la rencontre avec le maire chargé des affaires sociales se confirme afin de réaliser un interview avec les enfants et obtenir un appui sur l’activité citoyenne à faire. Nous sommes avec les élèves entrain d’élaborer un questionnaire et date sera fixée pour l’interview. J’ai bien reçu la réponse des élèves de Masnuy Saint-Jean nous allons l’exploiter et répondre.

Moussa Diarra, animateur Le Son d’Enfants au Sénégal


Le 28 janvier au Sénégal

Aujourd’hui, les élèves de Fandiery Koné ont accueilli en classe un invité de prestige. Mr Ndiaye, adjoint au maire de la commune de Saint-Louis qui est venu répondre aux questions des enfants en tant que responsable des affaires sociale.

Voici un extrait de cette interview très intéressante. Mr Ndiaye explique notamment que des aides et des bourses sont accordées aux personnes aveugles et malvoyantes. Il parle aussi des formations à l’écriture Braille qui sont organisées pour les enfants malvoyants de Saint Louis.



En Belgique, les communes ont un CPAS, Centre Public d’Aide Sociale. Est-ce que cela existe au Sénégal? Voici la réponse de l’adjoint au maire:



Moussa Diarra, animateur Le Son d’Enfants au Sénégal


Jeudi 13 février à Masnuy St Jean

Aujourd’hui, les enfants reçoivent en classe, Vincent Chanoine, le président du CPAS de Jurbise. Une belle occasion d’en savoir plus sur cet organisme public et de pouvoir le comparer avec les affaires sociales sénégalaises.


Ecoutez l’interview de Vincent Chanoine (20 minutes):


Et pour clôturer cette séance, les élèves de madame Laurence enregistrent un message à l’attention des amis du Sénégal. Ils leur expliquent qu’ils vont bientôt interpréter le spectacle “L’odyssée du Petit Prince”.

 

Ecoutez-les:



Pendant ce temps, au Sénégal

A Saint-Louis, on encourage et félicite les élèves de Mansuy St Jean pour toutes les activités qu’ils sont en train de mener dans le cadre du projet Son d’enfants mais aussi en classe. J’ai partagé avec les élèves de Fandiéry les audio et vidéo envoyées pour le spectacle à venir.

Nous aussi de notre côté on progresse la semaine passée nous avons interviewé le maître d’arabe Oustaz Ka:



Hier 19/02/2020, nous avons fait une animation dont l’objet était un micro-trottoirs dans la classe du CM 2 et deux interview: le délégué de quartier et le président du conseil de quartier (deux autorisés locales). Ça s’est bien passé. Pour les audio et vidéo je les ai données à Cheikh Ndiongue qui était présent. Il fera les montages avant qu’on se les partage. Mamadou Ndiaye était aussi de la partie. Voici quelques photos de ses différents moments.


Interviews divers réalisées par la classe de Masnuy St Jean

La maman de Clarisse qui travaille au CPAS de Charleroi:



Les élèves de 5e primaire de Madame Danneau parlent de leur “calendrier de l’avant inversé”


Les élèves de 5e primaire de Madame Pirlot parlent de Viva For Life


Lundi 15 mars: début du confinement…

Les écoles sont fermées en Belgique, au Bénin, au Togo, en Haïti, au Congo et au Sénégal. Tous les projets Le Son d’Enfants sont en pause. Heureusement, les liens tissés entre les enfants restent présents. Voici les messages des élèves de Masnuy St Jean à l’attention de leur classe jumelle au Sénégal.


Septembre 2020

Au Sénégal

Les élèves de Fandiery Koné n’ont malheureusement pas la possibilité de recevoir cette vidéo pour le moment. Par contre, Marietou Fall leur institutrice et Bernadette Ndiaye, leur directrice d’école ont pu voir et réagir à la vidéo. Ecoutez-les:

Marietou:


Bernadette:


A Masnuy St Jean

Que c’est bon de vous revoir les enfants!

Les premières questions des élèves de Masnuy St Jean sont pour les copains du Sénégal. Comment vont-ils? Ont-ils repris l’école? Je n’ai cependant pas beaucoup de nouvelles à leur donner à leur grande déception.

Cette première rencontre de l’année scolaire est l’occasion de faire le point sur ce qui a été déjà réalisé avant le confinement et sur le chemin qu’il reste à parcourir jusqu’à l’émission de radio.

C’est aussi l’occasion de prendre la température de la classe. Comment s’est passé le confinement et la suite de cette crise sanitaire. Pour cueillir leur sentiment, je leur propose un petit portrait chinois.

Et si le confinement était une couleur, un objet ou un animal… Certaines réponses en disent long sur les inquiétudes et le sentiment d’isolement ressentis.


 


Ce projet est réalisé au Sénégal avec l’ONG SHC et l’INEFJA.

 

 

 

 

Grâce au soutien de WBI: