Masnuy St Jean (B) et Saint Louis (Sénégal)

Ce sont 2 nouvelles écoles qui vont se lancer ensemble dans l’aventure Le Son d’Enfants:

L’école communale de Masnuy St Jean en Belgique: les 20 élèves de 4e primaire de madame Laurence.

L’école Fandièry Koné de Saint-Louis au Sénégal.


Un projet entre 2 classes inclusives

C’est la première fois que le projet Le Son d’Enfants se déroule au Sénégal. Si celui-ci peut se réaliser c’est grâce à la collaboration de l’ONG belge Sensoral Handicap Cooperation dont l’objectif est d’aider les personnes atteintes de cécité et de surdité à s’intégrer dans la société en Afrique. Au Sénégal, le projet est facilité par l’INEFJA.

En effet, la particularité de ce trajet Le Son d’Enfants est qu’il se déroulera entre 2 classes inclusives. A Masnuy St Jean et à St Louis, un enfant mal-voyant ou aveugle figure parmi les groupes d’élèves. Une belle occasion pour tous les enfants de s’interroger les uns les autres sur les solutions mises en place dans chaque école pour permettre l’inclusion d’enfants porteurs de handicap.


Jeudi 17 octobre

Lorsque je commence l’animation dans cette classe de 4e primaire, les enfants ne savent RIEN du projet Le Son d’Enfants. Ils écoutent attentivement et découvrent tout ce qu’ils vont faire pendant cette année scolaire:

  • faire valoir leur droit à la parole et à l’expression en préparant et en animant une émission radio,
  • devenir des citoyens à part entière en posant un geste concret sur un thème qu’ils auront choisi,
  • découvrir une autre culture en échangeant toute l’année avec une classe au Sénégal.

Et pour pouvoir réaliser tout cela, il va falloir apprivoiser un nouvel ami: le MICRO-ENREGISTREUR.

C’est grâce à lui que les élèves pourront dialoguer avec la classe du Sénégal. Ils enregistreront leurs questions par exemple, j’enverrai les sons à Saint-Louis pour que les enfants puissent écouter et répondre aux questions et en poser à leur tour.

Pour ce premier contact, nous avons fait un enregistrement « tourné-monté ». J’ai posé les questions dans un ordre réfléchi pour que toutes les réponses enregistrées à la suite l’une de l’autre forme déjà une petite histoire.

Et après un petit travail de montage (on enlève les petits « clics », on supprime quelques silences, on superpose quelques sons, on ajoute une ambiance enregistrée dans la cour de récréation…), et voilà le résultat:



Première étape de ce grand voyage: la discussion philosophique:

Pour apprendre à discuter en groupe dans l’écoute et le respect et pour réfléchir à ce que l’on dit, exposer son opinion, argumenter sa parole… le tout dans un cadre bienveillant.

Le thème du jour: L’identité.

On lance le dé et c’est parti pour une série de questions:

  • Etes-vous d’accord avec l’énoncé suivant: « ce que les autres pensent de moi est très important pour moi »?
    « non, ce qui est important, c’est ce que JE pense de moi », « ça dépend s’ils disent des choses gentilles ou méchantes », « ça dépend si cela concerne mon apparence ou mon caractère »…
  • Etes-vous vraiment la personne que vos professeurs pensent que vous êtes?
    « Pas vraiment, je n’ai pas envie de tout montrer en classe » », « c’est plutôt avec mes amis que je suis vraiment moi », « en classe, il y a des règles à respecter », « à la maison, j’ai tendance à oser faire plus de bêtises  »…
  • Si, pour une raison quelconque, vous perdriez l’usage de votre bras, seriez-vous encore vous-même?
    « ma passion, c’est le lancé du poids, je ne pourrais plus le faire, ce serait terrible », « tant que je garde mon cerveau, je reste moi-même », « j’aurais plus besoin des autres pour m’aider », « je préfère perdre l’usage d’un bras que perdre un être cher », « les autres se moqueraient de moi »…

 

Toutes ces questions sont un prétexte pour parler de tout ce qui constitue notre personnalité, notre identité. Nos parents, notre pays de naissance, la fratrie, notre âge, notre humeur, la présence ou l’absence de handicap, notre physique, le regard des autres… Quand on comprend que notre identité est composée d’un nombre infini de circonstances particulières, on peut mieux comprendre pourquoi une autre personne a une identité différente, qu’elle pense et agit autrement que nous. Que ce soit nos parents, notre voisin de banc ou un enfant du Sénégal.

Fin de l’animation. Merci les enfants pour votre participation active aux discussions. On se revoit le jeudi 14 novembre 🙂

Fred, animatrice Le Son d’Enfants


Mercredi 13 novembre à Saint Louis au Sénégal

Le projet Le Son d’Enfants n’a pas encore commencé au Sénégal. Il démarrera début décembre quand Geomoun aura rencontré les autorités locales pour inaugurer très officiellement cette belle collaboration.

Mais les enfants de Masnuy St Jean sont tellement impatients de découvrir les visages de leurs camarades sénégalais que la directrice de l’école Fandièry Koné, madame Bernadette NDIAYE, a accepté de réaliser quelques photos et une petite vidéo à l’attention de leur classe jumelle belge. Merci madame.



Jeudi 14 novembre à Masnuy St Jean

Cette animation est l’une des préférées des enfants car ils vont découvrir leur classe jumelle.

Pour l’heure et surtout AVANT de leur présenter le Sénégal et les élèves de l’école de SaintLouis, les élèves de Masnuy St Jean vont devoir remplir un petit questionnaire: « un relevé des représentations ». Comment imaginent-ils le Sénégal et la vie des élèves de Fandièry Koné? Grâce à une série de questions, les enfants vont livrer les préjugés qu’ils peuvent avoir sur ce pays et ses habitants.

Cite 4 mots qui te font penser au Sénégal.
Si tu vivais au Sénégal… A quoi ressemblerait ta famille?
… Mangerais-tu la même chose?
… T’habillerais-tu de la même façon?
… A quels jeux jouerais-tu à la récréation?
Dessine ce que tu verrais de la fenêtre de ta chambre si tu habitais au Sénégal.
Les mots cités à la première question sont tous mis au tableau pour former un nuage de mot autour du Sénégal. Je vous laisse le découvrir:


Entre désert peuplé de cactus, et maison en terre et paille, les représentations d’un paysage sénégalais varient:



Les enfants garderont ce questionnaire dans leur cahier de travail. Ils pourront y retourner plus tard pour voir si leurs impressions du début ont changé suite aux différentes rencontres sonores qu’ils auront l’occasion de vivre avec la classe du Sénégal.

A la découverte du Sénégal

On ferme les rideaux, on éteint la lumière et on allume le projecteur pour découvrir le Sénégal, ses paysages… et surtout les élèves de la classe jumelle :))



L’animation se termine par l’enregistrement d’une présentation de la classe et de la Belgique. Aaaahhh, il ne reste que 10 minutes pour la réalisation de ce son. Top chrono, c’est parti!:



Avec le soutien de: