L’école de la Gare et le Zio

L’école de la Gare à Court St Etienne: Madame Cécile et les 19 élèves (8 filles/11 garçons).

Le centre scolaire du Zio à Lomé au Togo: Germaine, Edouard et les 63 élèves du Zio (28 filles/35 garçons)


C’est parti (en Belgique) !

Voici la classe des élèves de 5ième et 6ième année de l’école de la Gare à Court-Saint-Etienne.

Ils sont heu-reux de commencer le projet ! et impatients de rencontrer leur classe jumelle.

Ecoutez leur message d’accueil :

Après une petite présentation du projet, l’animation “L’art en question”* est lancée :

  • Est ce que je penserais la même chose si j’avais un corps différent ?
  • Suis-je le ou la même quand je vieillis ?
  • Serais-je le ou la même si j’avais une autre place dans la famille ?

Telles sont les questions que les élèves ont abordées.

 

* L’art en question” est une animation “Philo dell’arte” du Centre d’Action Laïque.


C’est parti (au Togo) !

Message reçu de Kelly Amenuvévé Etuvo ,Responsable communication de l’ONG Visions Solidaires

Bonjour chers tous,

L’équipe d’animation de Visions Solidaires a rencontré ce 10 décembre les élèves de la classe de 6eme du Complexe Scolaire Le Zio pour une prise de contact dans le cadre du nouveau projet “Le Son d’Enfants”.

Entrée du Complexe Scolaire LE ZIO

Cette prise de contact a été essentiellement consacrée à la présentation de Visions Solidaires, du projets le Son d’Enfants et à la présentation individuelle des élèves. Au cours de ces présentations, l’équipe d’animation a informé les élèves de leur jumelage aux élèves de la Gare à Court-Saint-Étienne.

L’engouement constaté au niveau des élèves jette déjà les bases d’un succès garanti pour le reste des activités.

Merci et bon après midi à tous.

Kelly Amenuvévé Etuvo ,Chef de com de Visions Solidaires

Ecoutons leur message d’accueil :


Comment serait ma vie au Togo ?

Avant de recevoir une présentation du pays de la classe jumelle, nous parlons des représentations que les élèves se font du Togo.

  • Quels sont les mots auxquels ils pensent quand on leur parle du Togo ? Voici leurs réponses (Certains aimeraient bien avoir un singe comme animal de compagnie – D’autres pensent aux femmes qui marchent avec une bassine sur la tête )

 

Voici ce qu’ils verraient en regardant par la fenêtre de leur chambre, s’ils habitaient au Togo


Choix du thème

Les 2 classes choisissent ensemble un thème qui les touchent.

L’école du Zio qui va envoyer 4 propositions de thèmes à leur classe jumelle belge, qui choisira dans les 4 propositions le thème de cette année scolaire 2020-2021.

Le 18 décembre 2021, Kelly nous écrit : “Bonjour chers tous,

L’équipe d’animation de Visions Solidaires a rencontré les élèves de la classe de 6eme du CS Le Zio pour discuter d’une part sur les thèmes qui les touchent le plus parmi lesquels la thématique sera choisie et d’autres part pour faire une vidéo sur ce qui les motive à participer au projet le son d’enfant. L’ordre du jour est respecté.

Merci et bon après midi à tous. Kelly”

Voici quelques photos de l’animation menée par Germaine Dekou, animatrice pro de l’ONG Visions solidaires.

Ecoutez-les dans le son suivant expliquer les motifs qui les ont poussés à proposer les thématiques envoyés. Ils espèrent qu’un choix sera fait parmi elles.


Bonne année 2021 à l’école du Zio !


Atelier technique d’enregistrement

Nous nous retrouvons après les vacances de Noël pour apprendre à utiliser un enregistreur.

Regardez comme ils sont concentrés pour dessiner l’enregistreur et ses fonctionnalités

Ensuite, ils réalisent une présentation de leur classe, leur école et la Belgique.

Ecoutez la présentation de leur école :

Et voici leur présentation de la Belgique


Présentation du Togo

Auprès de l’ONG Visions Solidaires avec laquelle nous travaillons, travaille Kelly Amenuveve Etuvo. Ils accompagnent les animateurs et animatrices de Visions Solidaires en classe et réalisent de très belles vidéo avec les enfants. Voici la présentation que les enfants ont réalisé du Togo, montée par Kelly !


Rencontre avec Amnesty International TOGO

Le jeudi 1er Avril, une délégation des élèves du groupe LSDE du CS le Zio ont échangé avec les responsables d’Amnesty International sur ”la liberté d’expression et d’opinion”
Quelques éclaircissements ont été données sur la lutte menée par Amnesty face aux menaces de la liberté d’expression au Togo et dans le monde, sur les règles réservées aux enfants dans la liberté d’expression et son importance dans la législation Togolaise.


Rencontre avec le Ministère des Droits Humains

Le lendemain vendredi 02 Avril, une autre délégation des membres du groupe ont visité le ministère des droits de l’Homme qui est aussi une institution douée dans les questions de valeurs humaines au Togo. L’échange a eu lieu autour de quelques questions liées à la liberté d’expression et d’opinion au Togo et dans le monde.


Rencontre avec le CNDH

Toujours dans le cadre de mieux maitriser le thème la liberté d’opinion et d’expression, certains membres du groupe LSDE ont visité la CNDH (Commission Nationale de Droits de l’Homme) ce Mercredi 7 Avril pour recueillir les informations liées à la position de la CNDH Dans la promotion et la protection de la liberté d’expression et d’opinion.


Une dernière animation avant un nouveau confinement

Pendant ce temps, en Belgique, les vacances de Pâques arrivent… mais avant, une nouvelle vague de Covid-19 atteint notre région et les élèves se retrouvent à nouveau confinés à la maison pendant la semaine juste avant les vacances de Pâques.

Une dernière animation est réalisée juste avant ces 3 semaines sans école. Nous nous inspirons de l’initiative MON CRI lancée par Amnesty International en Belgique.

L’objectif était de prendre le pouls de la classe pour ensuite construire avec eux les messages qu’ils souhaitent transmettre aux adultes qui les entourent. Je peux vous assurer qu’à ce moment-là, le moral n’était pas au beau fixe :

  • Certains ont avoué préférer être à l’école que de rester à la maison
  • Certains étaient tristes de ne plus voir leurs copains, leur professeur Cécile chérie
  • D’autres étaient en colère car les décisions du gouvernement ne leur semblaient pas logiques. (Par ex : maternelles pas confinés et primaires oui). Certains parlaient même d’un état dictatorial !
  • D’autres étaient tristes de ne pas pouvoir voir ou passer du temps avec des membres de leur famille
  • Certains étaient déjà en train de négocier le temps qu’ils allaient pouvoir rester sur le téléphone
  • D’autres n’avaient vraiment pas le moral…

Si vous souhaitez lire les avis de jeunes belges rassemblés par l’ONG Amnesty International, c’est par ici : https://www.rtbf.be/info/societe/detail_mon-cri-les-propositions-de-300-jeunes-face-au-coronavirus?id=10731200


Grosse fatigue et….les échanges continuent

Après le confinement, les vacances de Pâques, et 2 semaines où Mme Cécile s’est occupée d’une stagiaire, le projet continue. Nous reprenons l’animation “Mon cri” d’Amnesty International et retrouvons une classe….FATIGUEE. Lors de cette animation, nous nous rendons compte que 14 élèves sur 19 ont leur propres téléphone/tablette

  • Certains trouvent qu’ils abusent du téléphone
  • Ils nous disent qu’il est difficile de couper le téléphone le soir.
  • Il est aussi difficile de faire d’autres activités car elles sont majoritairement devenues interdites (Les scouts, le sport, voir des copains après l’école …)
  • Certains ont des difficultés à dormir car il y a trop de bruit autour d’eux.
  • Certains souhaitent recommencer à voyager en dehors de la Belgique.

Voici les idées des élèves rassemblées anonymement dans les mains de Mme Cécile

Puis, nous prenons le temps d’enregistrer les réponses aux questions que les élèves du Zio nous avaient posées, il y a longtemps. Découvrez les réponses ici :


Interview de Madeleine Ngendakumana, journaliste burundaise réfugiée en Belgique

Pour analyser le thème de la liberté d’opinion et d’expression, nous avons pris contact avec l’AJP, L’Association des Journalistes Professionnels. Elle nous ont appris l’existence de l’asbl EN-GAJE, “ENsemble, Groupe d’Aide aux Journalistes Exilés” et nous a mis en contact avec Madeleine Ngendakumana qui a acceptée d’être interviewée par les élèves.

Ce fut une rencontre très émouvante. Découvrez-la dans le son suivant (de +/- 15 minutes) :