Molenbeek 11 et la Timkatec

Voici le projet « Le son d’enfants » qui va réunir deux classes de 5e primaire de l’école « Aux Sources du Gai Savoir » à Molenbeek et une classe de la Timkatec à Port-Au-Prince en Haïti.

Mercredi 3 octobre à Molenbeek

Le soleil brille pour cette première animation à l’école Aux Sources du Gai Savoir à Molenbeek. Les élèves de 5e A entrent dans la classe de Mr Virgile Dosseh, professeur d’Education à la Philosophie et à la Citoyenneté. Première surprise, une nouvelle élève est arrivée. Elle parle italien, un peu anglais, mais pas français. Notre défi: faire en sorte qu’elle prenne la parole à la radio à la fin de cette année scolaire !

La discussion philosophique

Cette année encore, la discussion philo se fera au départ de questions liées à des oeuvres d’art*. « Jeux d’enfants » de Brueghel Le Vieux a inspiré la question « Qu’est-ce que je ressens quand je joue?« . La joie, celle d’être libéré des obligations scolaires et de pouvoir laisser libre cours à son imagination. La colère, si je perds au jeu, surtout si c’est un match de foot. Le stress quand je risque de me faire attaquer par d’autres joueurs dans une partie de jeu vidéo…

« La chambre de Vincent » (Vincent Van Gogh) nous demande « Qu’est-ce que ma chambre dit de moi?« . On peut y voir que l’une aime les doudous, l’autre les chats. Le bleu de l’espace et ses étoiles font rêver Noa. On peut aussi y découvrir un tempérament « bordélique » ou au contraire « très ordonnée ». Qu’on l’occupe seul.e ou qu’on la partage avec un frère ou une soeur, la chambre reste un endroit intime et privé. Gare aux curieux qui viendraient y fouiller.

Le « Triple auto-portrait » de Norman Rockwell a toujours beaucoup de succès avec sa question tarabiscotée (il faut souvent la lire plusieurs fois) « L’image que j’ai de moi est-elle la même que celle que les autres ont de moi? » (vous pouvez aussi la lire plusieurs fois ;-)) Les réponses tournent d’abord autour de l’âge mental. L’un se sent très mature mais est parfois vu comme puéril et vice-versa. Youssef nous dit que le contexte dans lequel il se trouve ne fait pas ressortir les mêmes qualités. A l’école, on va attendre de lui qu’il soit gentil. Au sport, il devra être performant, et qu’il soit gentil ou non n’a finalement que peu d’importance. Kamil et Allissa expliquent que parfois une parole ou un geste qui se veut gentil peut être mal interprété par quelqu’un. La bonne ou mauvaise humeur de cette personne peut aussi avoir une influence sur l’interprétation de la parole ou du geste de départ.

La discussion philo se termine. Il reste quelques minutes pour faire une photo de groupe et enregistrer un court message à l’attention de la classe jumelle en Haîti avec qui les élèves de Molenbeek vont réaliser le projet « Le son d’enfants ». Pour l’occasion, on apprend quelques mots de créole haïtien « Comoyéééé » (comment ça va?)

* L’art en question » est une animation « Philo dell’arte » du Centre d’Action Laïque.



Pendant ce temps, à la TIMKATEC…

En Haïti, la TIMKATEC reçoit la visite de Cécile (directrice de GEOMOUN) qui est en mission en Haïti pendant cette première quinzaine du mois d’octobre.

Cécile rencontre les enfants qui participeront au projet LE SON D’ENFANTS cette année. Elle a la chance aussi d’assister à l’animation LE SON D’ENFANTS donnée par Valéry Voltaire (agent du PMS à la TIMKATEC).

Au programme:

La réalisation d’un oeuvre collective par les enfants à destination de la classe jumelle en Belgique. Les enfants de Port-Au-Prince ont dessiné la mer, des bateaux, des fleurs, des coeurs… Et ils ont adressés des messages d’amitié aux élèves belges.

Puisque Cécile est là, elle deviendra « facteur » pour l’occasion puisqu’elle ramènera cette belle affiche en Belgique.


Mercredi 7 novembre

Comment les élèves de Molenbeek imaginent-ils Haïti et la vie sur cette île des Caraïbes? Pour le savoir, je leur demande de me dire les premiers mots qui leur viennent en tête si je leur dis « Haïti ».


Ils imaginent une île avec des plages, mais aussi la jungle, des champs et la campagne. Il y fait chaud, mais on y subit aussi parfois des tempêtes. C’est un pays plutôt pauvre mais on aime y faire la fête, danser et boire des cocktails. Haïti leur évoque le film KIRIKOU (peut-être pensent-ils que Haïti se situe en Afrique?). Sur cette île, il n’y aurait pas d’hôpitaux (si si, il y en a) et pas de train (bien vu, c’est le cas!). Les ânes sont utilisés pour transporter les marchandises (mais ma parole, ils y sont déjà allés?!). Le seul intrus sur ce nuage de mot est « shampooing » en référence à une célèbre marque de Gel Douche et qui fait référence à une autre île bien différente, celle de Tahiti 😉

Une fois cet exercice terminé, je leur présente Haïti en quelques mots et quelques images. Et surtout, je leur montre la photo de la classe de la TIMKATEC avec qui ils vont communiquer pendant le projet. Cerise sur le gâteau, j’ai le grand plaisir de leur offrir la belle affiche réalisée par les enfants de Port-Au-Prince. Ils sont très heureux de la découvrir et ont déjà plein d’idées de cadeaux à leur envoyer en retour.

L’heure est maintenant aux questions pour la classe jumelle. Elles fusent par dizaines. Ecoutez plutôt: