Victor Horta (St-Gilles) & CEG4 (Comé)

C’est parti pour un nouvel échange entre jeunes béninois et belges !

Les élèves de 5e primaire de l’Athénée Royal Victor Horta situé à Saint-Gilles (Bruxelles) et ceux du CEG4 situé à Comé (Bénin) vont échanger ensemble durant toute cette nouvelle année scolaire.

Qu’est-ce que l’identité? (1e animation en Belgique)

Le projet a débuté dans la classe belge. La première animation a permis de présenter l’ONG et le projet pour ensuite apprendre à découvrir les élèves et leur classe.

Qu’est-ce que le projet “Le Son d’Enfants, l’émission radio des enfants qui s’engagent”? 

  • Un projet radio ? Tout le monde connait la radio ? Est-ce que vous écoutez la radio de temps en temps ?
  • Un projet pour favoriser le droit à la participation? Qu’est-ce que c’est un droit? & participer, ça veut dire quoi?
  • Un projet avec une classe jumelle au Bénin? “Waouh!! Madame, le Bénin, c’est en Afrique?”

Ensuite viennent les petites animations pour apprendre à se connaître soi-même avant d’apprendre à connaître l’Autre (Animation 2).

On débute par un brise glace tourné-monté où les élèves se présentent: quel âge avez-vous? Dans quelle école es-tu? Comment t’appelles-tu? Il y a combien d’élèves dans la classe? Combien de filles et combien de garçons?

On enchaîne par une discussion philosophique: Est-ce que vous savez ce que veut dire philosopher? “Moi, moi, moi! Euh… Je peux donner un exemple? Alors, c’est quand par exemple une personne est assise, regarde un arbre et se demande, pourquoi l’arbre est vert.” Alors, on philosophe ensemble, mais surtout entre eux:

  • Est-ce que ma chambre définit qui je suis? Est-ce qu’elle représente mon identité? Mais au fait, qu’est-ce que l’identité?

  • Est-ce que je serais la·le même si j’étais né·e à la campagne plutôt qu’en ville ou inversement?
  • Est-ce que je serais le·la même si j’étais plus âgé·e? Le débat était animé: “Moi, je pense que je ne serais pas le même. Les adultes, ils restent dans leur fauteuil à regarder la TV alors que nous les enfants, on a plein d’énergie.” “Je ne suis pas d’accord. On est plus libre de faire des choses quand on est plus grand.”

Finalement, on écoute le tourné monté et on enregistre le jingle. Ecoutez les sons de cette première animation:

A la rencontre de l’Autre (2e animation en Belgique)

Assez rapidement, on se retrouve pour la deuxième animation. Si la semaine dernière, nous nous sommes concentré·e·s sur notre identité propre, aujourd’hui on va apprendre à découvrir l’Autre.

Les élèves complètent un questionnaire sur le pays de leur classe jumelle et les représentations qu’ils·elles en ont: Quels sont les 4 mots qui vous font penser au Bénin? A cette question, les élèves répondent: courage, jeux, jouer, pauvreté, froid, chaud, soleil, paysage, Afrique…

Voici quelques dessins réalisés pour répondre à la question: “Imagine et dessine le paysage que tu verrais de ta chambre si tu habitais au Bénin“.

Les enfants échangent ensuite entre eux. Un élève partage son expérience personnelle d’un voyage au Ghana, un autre montre à sa classe où se trouve le Bénin et énumère déjà les pays limitrophes. Quel dynamisme, quelle curiosité !

Ensuite, les élèves découvrent quelques images du Bénin: la savane, la ville et la capitale, le point culminant avec le mont Sokbaro, les différentes religions… Tout le monde veut en savoir davantage, c’est donc le moment de penser aux questions qu’il·elle·s souhaitent poser à leur classe jumelle. Découvrez les questions posées…

Discussion philosophique au Bénin (2e animation)

Au CEG4, le projet est également lancé. Tout comme les élèves de Victor Horta, les enfants découvrent le projet et les activités prévues. Ensuite, ils apprennent les règles de prise de parole et les exigences philosophiques: Penser ce que l’on dit, réfléchir avant de parler, écouter l’autre, demander la parole et attendre de la recevoir…

La discussion philosophique autour de la question “Une amitié est-elle possible entre un enfant noir et un enfant blanc?” permet de mettre en pratique ces nouvelles règles. A l’issue de cet échange, les enfants s’auto-évaluent sur le respect de ces principes lors d’un débat ouvert.

Finalement, il·elle·s enregistrent un jingle et se présentent à leur classe jumelle. Ecoutez le premier son réalisé par les élèves du CEG4…

Découverte de la Belgique (2e animation au Bénin)

Le projet se poursuit au CEG4 où les élèves en apprennent davantage sur le pays de leur classe jumelle.

Pour commencer, chaque élève a partagé les représentations qu’il avait sur la Belgique. Ses représentations ont ensuite été listées au tableau.

Cécile, directrice de Geomoun, était justement en mission au Bénin et assistait à l’animation. Elle a pu répondre aux questions des enfants et commenter les représentations qu’ils en avaient.

L’animation s’est clôturée par l’écoute des questions envoyées par la classe de Victor Horta. C’est toujours une joie pour les enfants d’entendre les sons envoyés par leur classe jumelle et aussi de les découvrir en photo.

Finalement, la classe béninoise a répondu aux questions posées par leurs correspondants et a posé quelques questions enregistrées minutieusement et transmit à la Belgique.

Choix de thématiques citoyennes (3e animation en Belgique)

On commence l’animation par écouter le jingle et la présentation de leur classe jumelle. Les enfants sont impatients d’entendre les élèves béninois. Il faudra encore un peu patienter pour écouter les questions des élèves béninois.

Ensuite, on poursuit notre découverte des droits: savez-vous que vous avez des droits reconnus? C’est quoi participer? Et le droit à la participation alors, vous pensez que c’est quoi? Chacun partage son point de vue, mais le droit à la participation n’est pas encore fort connu ni compris par les élèves. L’occasion de rappeler que la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE) existe, qu’elle leur reconnait des droits et que la Belgique et de nombreux autres pays se sont engagés à respecter ces derniers. Le droit à la participation y est inscrit et reconnait que chaque enfant a le droit d’avoir sa propre opinion, de partager son avis et que les adultes ont le devoir de la prendre en compte.

Ensuite, vient le choix des 4 thèmes citoyens à proposer à la classe jumelle. Pour commencer, les élèves réfléchissent seul·e à des sujets qui leur tiennent à coeur avec à leur disposition des numéros du JDE pour les inspirer. On fait également le lien avec les thèmes d’Education à la Citoyenneté Mondiale et Solidaire abordés au cours de citoyenneté: le développement durable, la paix, la démocratie, l’interculturalité, la migration, les droits humains, la justice sociale et le commerce.

Par groupes de quatre, les enfants échangent les sujets qu’ils souhaiteraient aborder cette année. Deux thématiques sont proposées par chaque groupe. Sept thématiques sont au total proposées:

1/ La destruction de la nature à travers la construction de bâtiments. On apprend rapidement ce que veut dire le concept d’ “urbanisation”.

2/ La migration: les élèves soulignaient la difficulté pour des réfugiés de trouver un emploi et souhaitent que chaque réfugié ait la possibilité de réaliser ses rêves: “Si une personne était footballeur dans son pays, il doit pouvoir continuer à jouer au foot ici en Belgique.”

3/ “On propose de travailler sur le racisme envers les sans-abris”, sur le fait que les personnes sans-abris sont souvent maltraitées par les autres.

4/ Deux groupes ont proposé cette thématique. Le premier est resté plus large en proposant la maltraitance des animaux de manière générale. Le deuxième groupe a, pour sa part, centré le problème sur le lien entre la disparition des animaux et la destruction de la nature.

5/ La pollution et la qualité de l’air

6/ Le conflit israélo-palestinien

7/ La déforestation

Chaque élève vote séparément pour deux thématiques. Le stress monte, les résultats tombent. Finalement, les 4 thématiques les plus choisies sont: la destruction de la nature à travers l’urbanisation, la discrimination envers les sans-abris, la maltraitance des animaux et la pollution.

Les élèves annoncent ensuite les 4 thèmes à leur classe jumelle qui sera chargée de choisir l’une des thématiques.

La troisième animation au Bénin

 

Atelier technique d’enregistrement et de reportage (4e animation en Belgique)

Durant cette animation, les élèves ont découvert la composition d’une émission radio et les différents rôles nécessaires pour la réalisation d’un reportage. Ils ont également appris à utiliser un micro-enregistreur avec l’aide de David, coordinateur au sein de Radio Alma.

Pour commencer, nous écoutons ensemble les questions envoyées par la classe du CEG4. Ecoutez les réponses des élèves belges:

Après avoir appris les techniques d’enregistrement et de reportage. Les élèves de Victor Horta s’essaient au jeu: un·e journaliste pose les questions, un·e technicien·ne se charge de bien enregistrer les sons avec le micro-enregistreur et un·e élève partage une information sur la Belgique ou sa classe jumelle. (Le rôle de scripte est pour l’instant mis de côté, puisqu’aucune note ne devait être prise.)